Actualité‎ > ‎

Paris, 14 décembre 2017 – l'Assemblée Nationale, là où le nom 法国 prend tout son sens.

publié le 27 déc. 2017 à 03:44 par Yves Franc   [ mis à jour : 27 déc. 2017 à 12:44 ]

Ce jeudi 14 décembre 2017, nous étions une dizaine à entrer à l'Assemblée Nationale, haut lieu de la vie politique française. 

Tout avait commencé quand Élise, de son métier Rédactrice des débats et des commissions, avait très gentiment répondu à notre demande de visite. En effet, il faut être accompagné d'un député ou d'un fonctionnaire de l'Assemblée pour déambuler dans l'établissement.


Bien que quelque peu intimidés par la solennité du lieu et par la hauteur des plafonds, Élise a su d'emblée nous mettre à l'aise par son enthousiasme et la simplicité de ses explications. Essayons de faire revivre ce moment assez exceptionnel :


Nous voilà dans la salle des 4 colonnes, bien connue du public car c'est ici que les députés rencontrent la presse lors des séances. La séance ayant pris fin deux heures plus tôt, un seul député répond encore aux questions d'une journaliste. Il semble y prendre goût, mais n'est-ce pas un point commun à tous les personnages politiques?

Élise nous explique les différentes étapes d'une proposition de loi, entre gouvernement, commissions, Assemblée Nationale et Sénat. Certains parmi nous semblent déjà bien connaître le fonctionnement de ces institutions et n'hésitent pas à demander des détails sur le dépôt des amendements par exemple.



Le jardin attenant nous semble très agréable pour s'y reposer ou même, signe des temps, pour y faire une petite partie de foot comme vue récemment entre les députés François Ruffin et Michel Zumkeller. Nous profitons du passage d'une députée pour lui demander de prendre la photo souvenir.


Le Président de l'Assemblée,troisième personnage de l’État après le Président de la République et le président du Sénat, suit un parcours immuable avant de présider une séance. Il traverse d'abord la salle des pas perdus sous la protection de la Garde Républicaine. Les plafonds de cette salle sont dédiés aux symboles de la République, comme la peinture centrale représentant la Paix. 


Puis le Président de l'Assemblée est accueilli par un haut-relief monumental qui représente le serment du Jeu de Paume: Mirabeau en plein discours lui rappelle chaque jour, si cela était besoin, les devoirs de cette assemblée.

Les députés disposent de somptueux salons ornés de peintures et de sculptures non moins évocatrices : Industrie, Agriculture, Fleuves de France, Arts et Armée en sont quelques thèmes.

Les députés se divisent ensuite pour entrer dans l'hémicycle par la gauche ou par la droite. C'était sans doute pour éviter les confrontations selon leurs penchants politiques.


Nous entrons à notre tour dans cette arène qui paraît petite par rapport à l'image que nous en avons au travers de la Télévision. Les députés doivent y être bien serrés lors des séances plénières. Mais Élise nous rassure, il sont très rarement au complet. Tout le monde se lève à l'entrée du Président, députés, huissiers et rédacteurs, puis les portes de l'Hémicycle sont  symboliquement fermées.


Pour ceux qui suivent la politique française, vous savez que les débats peuvent être parfois très animés. Du haut de son « perchoir », le Président doit veiller au respect du règlement et peut rappeler à l'ordre des députés indisciplinés. Les séances sont l'occasion pour les députés de se faire entendre, mais aussi de se faire voir. A ce sujet, Elise nous confie qu'ils n'hésitent pas à se pencher sur le côté jusqu'à toucher celui qui a la parole pour être vu par les caméras pointées sur celui ci.

Pendant ce temps, les rédacteurs et rédactrices prennent note de l'intégralité des interventions de chacun, un travail qui demande de la rapidité, de l’endurance et beaucoup de métier afin de saisir en direct les mots et surtout le fond des paroles émises.

Après l'hémicycle, nous nous dirigeons vers la bibliothèque, superbe salle dont les murs sont tapissés d'ouvrages anciens et le plafond à coupoles décoré par Delacroix. 




Sont actuellement exposés quelques trésors manuscrits conservés dans la bibliothèque : Serment du jeu de paume, vote lors du procès de Louis XVI, discours de Victor Hugo, et bien d'autres.




Nous sortons du Palais Bourbon sous l’œil vigilant de Marianne. Nous sommes alors accueillis par une manifestation bruyante mais pacifique qui nous ramène immédiatement dans le monde présent, mais sans quitter les singularités de la vie politique française.



 

Enfin, notre après-midi se termine dans une autre Assemblée, autour d'un verre de l'amitié.





Encore un grand merci à Élise, pour son accueil chaleureux et son aisance à transmettre ses connaissances. Sans elle, nous n'aurions pas pu profiter pleinement de cette superbe visite.

Comments